l’homme à la mouche #4

figure1F

Autre tirage, vous pourrez observer que la plaque n’est pas identique puisque le motif du papier marbré n’apparaît qu’à certains endroits et, sinon, le fond est noir.



Jupiter dépité

ourangoutan

Tous ces gens qui se plaignent ! il n’y a plus moyen de gouverner tranquille, ma pauvre dame ! Un coup c’est le retraités, une autre fois c’est les profs (ces fainéants), maintenant ce sont les automobilistes. On dirait qu’ils font un tour de rôle. Alors que le Roosevelt de Picardie fait tout ce qu’il peut pour ne pas sombrer totalement dans le ridicule.

Même si les résultats ne sont pas franchement éclatants, on pourrait quand même lui dire la même chose que ce qu’on écrit sur les bulletins trimestriels quand on n’a plus d’idées : «Des difficultés mais de la bonne volonté. Persévérez dans vos efforts». Ce qui veut dire : t’es vraiment con mais au moins tu fais pas chier !

Et ben non, Jupiter il en prend plein l’Olympe. Faut dire que lui, il est vraiment con mais il fait un peu chier quand même. Pourtant il y aurait bien une solution à la pollution des villes, à la désertification des zones rurales et au pouvoir d’achat en berne à cause des stations sévices. Alphone Allais y avait déjà songé : «Il suffit de construire les villes à la campagne».

Simple, net, précis : je m’étonne que le Kennedy d’Amiens n’ait pas encore intégré cet item à sa com’. Benjy pourrait nous en faire une explication de texte, je le sens désœuvré, ça fait quatre jours que son boss n’a pas dit de connerie. Enfin, pas devant des journalistes. Que voulez-vous qu’il fasse, Manu Ier ? Il n’est pas là pour résoudre les problèmes du chômage non plus. Et comme l’observait finement Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort (1741 – 1794) :

La Société est composée de deux grandes classes : ceux qui ont plus de dîners que d’appétit, et ceux qui ont plus d’appétit que de dîners.  

Chamfort finit académicien, comme Giscard d’Estaing.

…Sauf que lui il avait du talent.



Monotype portrait #2

monotype1 Il n’a pas l’air content du tout, celui-là. Il a voté pour Macron ?

Ou il vient de faire le plein, peut-être ? Et à ce moment-là, il a aperçu Wauquiez, au loin avec sa parka rouge et son gilet jaune.

Alors on le comprend.

 

(monotype soustractif, même technique que le précédent, tirage à la presse typographique, encre Charbonnel).



La mode est au flux haut.

Il paraît que M. Wauquiez, le Trump du Puy-en-Velay, se joindra à la manifestation de samedi. Après la parka rouge, le gilet jaune. Décidément, cet homme adore les primaires, enfin en ce qui concerne les couleurs bien entendu. Pour le reste on verra.

On sait déjà qu’il s’est engagé lui aussi dans le parti le plus populaire de France en politique : le parti egologique.  En vert et contre tous, manifestement.

Cela dit, les coups et les douleurs…

chatmeprisant



Monotype portrait #1

monotype2   Dimensions : A4, 21cm X 29,7

 

Un monotype est un procédé d’estampe qui, comme son nom l’indique, ne permet qu’un seul tirage sur papier. L’oeuvre est donc unique, contrairement à toutes les autres techniques traditionnelles d’estampe qui multiplient les tirages si possibles identiques. Il s’agit de déposer de l’encre sur une plaque puis de faire une impression sous presse comme pour les eaux-fortes ou le burin, la manière noire, etc. Cependant le monotype possède une caractéristique spécifique, en sus de l’unicité de son résultat : il peut être utilisé aussi bien en dessin positif ou négatif («manière noire»).

Soit on peint la plaque avec les outils traditionnels du peintre (pinceaux, brosses, couteaux, etc.) et on obtient une image inversée de la plaque mais la technique est proche de la peinture sur toile, on ajoute de la couleur ou du noir sur les zones qui seront ombrées et on laisse les blancs pour la lumière.

Soit on fait l’inverse. On encre totalement la plaque, comme pour toutes les techniques d’estampage, puis on enlève l’encre pour ajouter des blancs (les «rehauts» ). On dessine donc à l’envers, puisque l’image est constituée par les lumières qu’on façonne en essuyant certaines zones de la plaques avec divers procédés (chiffons, manches de pinceaux, coton-tiges…). C’est de cette manière que je procède le plus souvent.

Le monotype fut inventé par Giovanni Benedetto Castiglione vers 1648, c’est la seule technique d’estampe qui est née sur le sol italien.



État de rapprochement.

Lu sur un site d’info :

Le président reçoit Theresa May dans la Somme

Pour deux guignols qui prétendent gouverner leurs pays respectifs en ayant le nez plongé dans leurs feuilles de calcul Excel, se rencontrer dans la Somme, c’est somme toute assez logique. On peut toutefois rappeler, que pour l’instant, ils sont aussi dans la division, depuis que l’Europe a présenté l’addition.

Alors, se faire claquer la bise dans la Somme, c’est un effet de Manche ?

chienlangue2



Macron, un problème : deux taxes.

Depuis des années, nous cherchions à savoir exactement ce que signifiait le terme transition écologique. Depuis peu, grâce au Kennedy d’Amiens, nous le savons.

C’est simplement une taxe de plus.

C’est tout con mais il fallait y penser.

chienlangue

 



Itinérance mémorielle

J’aime décidément beaucoup le gimmick présidentiel de «l’itinérance de la mémoire». Petit rappel, voici ce que le Centre National des Ressources Lexicales précise à propos de ce mot :

Itinérance, subst. fém.Déplacement. Ce développement du camping : goût du plein air, possibilité de grande itinérance (Jocard, Tour. et action État,1966, p. 143).

Donc, si l’on en croit la faculté, notre pétainiste jupitérien en chef se ba-la-de. Il fait du camping plus-plus, je vous rassure (si vous étiez inquiet). À nos frais, comme de juste, mais là n’est pas la question. Notre Jupiter hexagonal a la mémoire itinérante, un sorte de souvenir ambulatoire. Il ne peut pas se rappeler l’histoire assis dans son fauteuil un livre à la main. Ben, non, faut qu’il bouge, on est le Roosevelt de Picardie ou pas. Comme nous le rappelle la définition ci-dessus, pour notre Guide Spirituel, également nommé «le geyser de lumière élyséenne», la mémoire est un parcours, un itinéraire, bref une activité de plein air et de nature.

Qu’est-ce que la mémoire, la vraie ? Vaste question… Alfred Korzybski, le fondateur de la «sémantique générale», bien connue des lecteurs de A.E Van Vogt, et créateur de la fameuse expression «la carte n’est pas le territoire» (et oui, c’était lui !) avait son idée là-dessus. Il pensait que l’être humain possédait une différence essentielle avec le règne minéral, le règne végétal et le reste du règne animal, celle de relier non plus l’espace mais le temps grâce à sa mémoire, ce qu’il nommait le time binding.

Ce qu’à sa façon, Gregory Bateson, le célèbre anthropologue américain avait également résumé sous la forme : «Nous sommes des nains juchés sur les épaules de géants.» La mémoire est donc le lien que nous entretenons avec non seulement le passé, mais la connaissance humaine, la civilisation. La mémoire est sans cesse à l’oeuvre dans nos vies quotidiennes et, paradoxalement, dans le progrès humain. Pas de découvertes scientifiques sans mémoire, nous sommes bien des nains juchés sur les épaules de géants. Il convient donc de faire un tri, d’exercer un droit d’inventaire pour reprendre l’expression de Jospin à propos de Mitterrand. Organiser l’avenir ce n’est pas récrire la mémoire, ni en faire un spectacle de com’, un mega show à l’américaine. Ça ne Trump personne… et cela nous renvoie à nos propres angoisses sur l’avenir.  Nous avons tous très peur de finir en Alzheimer, comme tant de gens que nous aimons.

Il est stupéfiant de constater — faut-il en rire ou en pleurer ? — que la politique française, pour ne parler que d’elle, est frappée d’Alzheimer profond. À force de vouloir s’accaparer la mémoire et d’être obsédé par le court terme, les prochaines élections, nos chers zélus ont le cerveau qui coule. Ils deviennent incapables de se rappeler réellement l’histoire, ou quoi que ce soit d’autre,  même ce qu’ils ont dit la veille parfois…

Il est alors logique que Notre Boussole de Sagesse Éternelle, Manu Ier, se voit lui-même comme un routard de la mémoire française, un punk à chien  de l’histoire en quelque sorte. Même s’il voyage léger, on comprend que ça le fatigue…    cf http://karmatotal.unblog.fr/?p=794

Tout cela dégage une étrange odeur, comme un léger parfum de charogne pourrie. Logique : Itinérance, ça rime avec rance.

Et Macron, ça rime avec quoi ?

 

 



Linogravure sur papier à la cuve #2

figure1B

Voici un deuxième tirage sur papier à la cuve. le motif n’a pas changé. Autre fond, autre effet. J’ai choisi deux fonds assez proches et j’en prendrai un aux différences marquées pour le prochain scan. L’intérêt de  procédé réside dans le fait qu’il permet de jouer avec les codes de l’estampe qui est d’abord le multiple. L’estampe est la première technique d’imprimerie connue par l’homme. Elle a permis de multiplier un même document, qu’il soit graphique ou linguistique ou les deux. Faire de l’estampe c’est donc entrer dans le monde du multiple. Cependant mes tirages sont uniques puisque le fond l’est. En passant, cela fonctionne à l’inverse du dessin dont le fond est (à peu près) toujours le même selon le papier choisi mais dont le motif est unique .



Pétain, finalement… on n’est ni pour ni contre, bien au contraire.

SONY DSC

Benjy est monté au créneau, ça y est ! Il a écrasé sa clope, vidé son dernier verre de gas-oil et hop ! un petit cui-cui (je sais ça s’appelle un tweet). Formidable, Benjy, on t’aime. Avant toi, en politique, c’était la langue de bois, matériau noble finalement, avec toi c’est du carton (ondulé) : matériau recyclable. On connaît ta passion pour l’égologie.

Aucun hommage ne sera rendu à Pétain samedi. Il n’en a jamais été question.

Voilà, cette franchise me plaît. Je pensais que des fois j’étais un peu con, maintenant, grâce à toi, Benjy, j’en suis sûr. T’es un as dans le développement personnel, ça va me faire progresser. Donc ton maître, Jupiter Ier, n’a pas déclaré :

Je n’occulte aucune page de l’histoire. Il a été, pendant la Première guerre mondiale, un grand soldat, c’est une réalité. La vie politique comme l’humaine nature sont parfois plus complexes que ce qu’on voudrait croire. On peut avoir été un grand soldat et avoir conduit à des choix funestes durant la Deuxième

Pourtant ça a été enregistré, non ? Alors si, il l’a dit. OK, j’ai pigé, il a dit ça mais moi j’ai compris autre chose. Que par exemple, c’était un hommage rendu à l’autre ordure. En fait non, d’accord, d’accord, Benjy, t’es un ancien socialiste, t’as des valeurs, faut juste que je comprenne. Moi tu comprends je suis comme les salariés du Nord de la France, je suis illettré, c’est ton top manager qui l’a dit. Mais j’essaie de me former, je suis de bonne volonté. Donc Pétain a été «un grand soldat» pour le maître qui te gouverne mais ce n’est pas du tout un hommage. Je comprends Benjy, c’est que tu as expliqué là :

S’il y a eu confusion, c’est que nous n’avions pas été suffisamment clairs sur ce point.

Pourtant, moi ça me paraissait vraiment clair. Comme quoi, tu vois Benjy, je suis vraiment un abruti. Je croyais savoir ce que parler veut dire. Mais en fait non. « La vie politique comme l’humaine nature sont parfois plus complexes que ce qu’on voudrait croire.» : tu vois, par exemple j’essaie de piger ça. J’avais l’impression que c’était juste l’idée que finalement, bon, il a fait des trucs pas trop mal, Maréchal-nous-voilà, avant de mal tourner. Ce serait à cause de ses fréquentations, des Allemands pas trop présentables, un cocaïnomane notoire (Goëring) ou un maniaco-dépressif à lunettes (Himmler), etc. En fait  Maréchal-nous-voilà, ce serait un héros qui serait simplement parti en vrille à cause du contexte. Ahhhh ! le contexte, j’avais oublié le contexte, évidemment. Maréchal-nous-voilà c’était un bon gars, et puis le contexte, et vlan, c’est devenu d’un coup d’un seul, un délinquant sénile. Mais il a jamais eu ces idées-là avant, bien sûr. Un type qui a toujours adoré le genre humain. Sauf à partir de 1939. Ça lui est arrivé cette année-là, pfuit. Ça y est, je crois que j’ai pigé le truc de la «complexité de l’humaine nature» comme il dit le Kennedy d’Amiens, c’est qu’en fait c’est tellement complexe, qu’on ne peut rien y comprendre.  C’est dingue. Mais depuis que tu m’as fait comprendre, Benjy, qu’il n’y avait rien à comprendre, et ben ça me soulage. Je voyage plus léger.

Pour revenir à Maréchal-nous-voilà, ça peut nous arriver à tous alors ? Franchement Benjy, plus j’essaie de te suivre et plus ça me fait flipper. Heureusement que tu m’as rassuré avec ta conclusion :

Au-delà des polémiques, nous continuerons, inlassablement, à dénoncer et à combattre toutes les formes de haine.

Ouf ! Un doute horrible m’a étreint durant quelques millionièmes de secondes, à peine, mais ça suffit certainement pour faire partie de ces mauvais Français (je me pose toujours la question de la majuscule, enfin, bon). Maintenant que je sais que toi aussi tu combats toutes les formes de haine, en plus du combat que tu mène contre la clope et le diesel, je me dis que tu as des journées bien chargées. Tu dois être bien fatigué.

C’est peut-être pour ça que tu as l’air franc comme un âne qui recule, hein, Benjy ?



Derniers commentaires

Articles récents

Petit point de grammaire

Lu dans la presse internet :

Une hausse des taxes sur le carburant pour compenser la taxe d’habitation? Rugy dément

«Dément» ici, c’est un verbe ou un adjectif ?


L’homme à la mouche #3

Un nouvel exemple de tirage de ma linogravure sur presse à épreuve et papier «à la cuve». Je rappelle que j’ai réalisé toute cette série de tirages avec la même matrice (la même plaque : le portrait) et des papiers «à la cuve»  différents et que je fabrique moi-même bien entendu les papiers à la cuve.

Le format  est toujours un A4 (21 X 29,7). C’est à mettre en rapport avec les deux tirages précédents. Il y en a une quinzaine en tout mais je n’en mettrai que quatre ou cinq ici. Je continuerai par des monotypes. Celui-ci possède un fond plus sombre, l’intérêt est d’apprendre à observer l’interaction forme / fond. La prochaine sera encore plus sombre. Si possible et si cela vous plaît, essayer de les regarder sur un ordinateur ou une tablette, pour avoir une taille d’écran suffisante afin d’avoir des contrastes.

N’hésitez pas à laisser un commentaire sur l’effet que cela produit pour vous. Ou à conseiller ce blog à des amateurs d’arts graphiques… Ils (elles) seront les bienvenu.e.s.

figure1E

Articles plus anciens

Tout à l’ego

Ryanair

Petites lunes (3/3)

kostathefaine |
"A chacun son chat" |
ANTES QUE LAS PALABRAS SEAN... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amelie Lallement
| BAZAR D'histoires..
| le club lecture