A-Fric

Sa sainteté notre  président-Normal a déclaré il y a peu : « Il y aura la France et il y aura l’Afrique, plus besoin de mêler les deux mots ». Ses employeurs du CAC 40 ont rajouté : « C’est comme pour le pétrole et le SIDA. »



Parité

Un projet top secret est à l’étude à Matignon et à l’Elysée. Il s’agirait de créer un ministère de la parité hommes-femmes dans le gouvernement et ce serait — naturellement — un homme qui en aurait la charge. Plusieurs noms circulent mais le candidat qui aurait les faveurs du Président serait Dominique Strauss-Khan.

Mais Ayrault tique.



Polit au logis

A bien y réfléchir, il existe une différence essentielle entre un homme politique de droite et un homme politique de gauche (même et y compris si ce sont des femmes), entre un énarque de droite et un énarque de gauche, bref entre les élites de droite et les élites de gauche. Quelle différence me direz-vous ?

Ben, je cherche…



Les Apophtegmes de la Roche Faux-Cul

Le pouvoir a ceci de semblable avec l’argent que, plus on en a, plus on a l’impression qu’il nous manque quelque chose.



Le pen au chocolat

Amis de la France (la vraie) et des viennoiseries, soutenez la filière, luttez contre ces hordes barbares et velues, beaucoup trop bronzées pour être au net, qui arrachent les chocolatines aux petits bambins amoureux de la boulangerie et de l’Idéal Républicain ! Oui, soutenons François (déjà, le prénom, hein, c’est autre chose que Mahmoud, tout de même) dans sa (Co)pétition pour sa droite la plus dé-, la plus con- et la plus plexée- . Comment ! Trois millions de chômeurs en France, des inégalités inouïes, une protection sociale qui vole en éclats, les classes moyennes qui croulent dans l’Abîme et se mettent à réserver un carton ou deux pour des lendemains qui déchantent ET ON OUBLIERAIT LA CHOCOLATINE ?

Hardi Copée (et non pas handicapé, ce n’est pas le même, quoique), sus au croissant, vive la brioche. Tunisie, non, Tous unis derrière cet homme qui nous propose enfin un Idéal, un Horizon, un But suprême :  le pain au chocolat pour chacun dès aujourd’hui, la brioche aux pralines demain, n’en doutons pas…

Fils spirituel de Marie-Antoinette la bien aimée,  François, donne-nous notre pain (au chocolat évidemment) de ce jour, mais délivre-nous du mal (le croissant, vous aviez compris) et de la tarte aux fraises.

ENFIN UNE SOLUTION POUR LA FIN DANS LE MONDE : LA (Copée)RATION.

 

Licence comme d’hab   Le pen au chocolat dans Notule licence-cc

 



Réflexion au coin d’un bar

Si les socialistes arrêtaient de s’engeuler pour de simples problèmes de préséance et d’ego ils gagneraient un temps énorme qu’ils pourraient investir avec profit dans la pensée (pour ceux et  celles d’entre eux qui disposent encore d’un équipement correct et adapté à cet usage naturellement). Ainsi, peut-être deviendraient-ils capables de réfléchir un peu à l’état du monde et de la société et — rêvons un peu — de proposer quelques débuts de solutions viables.

Alors pourquoi ne le font-ils pas ? se demande l’auditoire tiré de sa léthargie coutumière par un début d’agacement.

La réponse est simple : parce qu’ils sont socialistes.

 



Figaro ci….

Il y a quelque temps je passais devant un débitant de tabac et de journaux, bref un ami de l’humanité et de l’air pur et je vois, j’observe, je contemple, la Une du Figaro, la gazette du XVIème arrondissement. Qu’est-ce donc (m’interloqué-je in petto) ?

Ceci : « Au secours, les Enarques reviennent ! » … Je ne savais pas qu’ils étaient partis, en fait. Heureusement que le Figaro nous informe. Cependant je ne suis pas allé jusqu’à l’acheter, l’essentiel de l’information ayant été livré. A côté, il y avait Libération qui ne disait rien, comme d’habitude. Heureusement  qu’en France la liberté de la presse existe : si en plus il fallait lire ces torche-culs pour surveiller les journalistes ! Alors qu’ils (ou elles) sont tous maqué(e)s avec des politiques, en plus.

Plus tard (je fais partie des bienheureux qui ont encore un travail), je suis repassé devant la vitrine de cet aimable boutiquier  pour vérifier un petit point de détail (j’aime beaucoup cette expression que j’ai emprunté à un autre ami de l’humanité) qui me chagrinait : il s’agissait bien du mot « énarques » et non pas « arnaques » comme je l’avais imaginé un court instant.

On peut parfois confondre, il est vrai.



New-York et la normalité

On entend ici ou là quelques critiques sur notre nouveau président-Normal (vous remarquerez que je me suis adapté : j’ai laissé tombé la majuscule à « président » pour mieux la mettre à « Normal » ). Certains fouille-étrons seraient même allés jusqu’à  déverser dans les média la boue fangeuse de leur ressentiment venimeux. Ce clapotis de cloaques et de claque-merde mal obturés doit cesser maintenant ! Qu’en est-il ? Qu’est-ce donc ? Une petite dépense de 900 000 euros pour deux jours à New-York. Et alors ? Vous avez vu ce ça coûte un billet de train ? Et pour New-York, c’est pas direct, il y a des correspondances, comme dirait Baudelaire (ce n’est pas le nouveau PDG de la SNCF, calmez-vous un peu).  900 000 euros, pour deux jours à New-York, c’est une présidence tout à fait normale.

La présidence anormale ça commence à un million d’euros par jour (déjeuner non compris).  Contribuables, à vos chéquiers!




Archive pour octobre, 2012

A-Fric

Sa sainteté notre  président-Normal a déclaré il y a peu : « Il y aura la France et il y aura l’Afrique, plus besoin de mêler les deux mots ». Ses employeurs du CAC 40 ont rajouté : « C’est comme pour le pétrole et le SIDA. »

Parité

Un projet top secret est à l’étude à Matignon et à l’Elysée. Il s’agirait de créer un ministère de la parité hommes-femmes dans le gouvernement et ce serait — naturellement — un homme qui en aurait la charge. Plusieurs noms circulent mais le candidat qui aurait les faveurs du Président serait Dominique Strauss-Khan.

Mais Ayrault tique.

Polit au logis

A bien y réfléchir, il existe une différence essentielle entre un homme politique de droite et un homme politique de gauche (même et y compris si ce sont des femmes), entre un énarque de droite et un énarque de gauche, bref entre les élites de droite et les élites de gauche. Quelle différence me direz-vous ?

Ben, je cherche…

Les Apophtegmes de la Roche Faux-Cul

Le pouvoir a ceci de semblable avec l’argent que, plus on en a, plus on a l’impression qu’il nous manque quelque chose.

Le pen au chocolat

Amis de la France (la vraie) et des viennoiseries, soutenez la filière, luttez contre ces hordes barbares et velues, beaucoup trop bronzées pour être au net, qui arrachent les chocolatines aux petits bambins amoureux de la boulangerie et de l’Idéal Républicain ! Oui, soutenons François (déjà, le prénom, hein, c’est autre chose que Mahmoud, tout de même) dans sa (Co)pétition pour sa droite la plus dé-, la plus con- et la plus plexée- . Comment ! Trois millions de chômeurs en France, des inégalités inouïes, une protection sociale qui vole en éclats, les classes moyennes qui croulent dans l’Abîme et se mettent à réserver un carton ou deux pour des lendemains qui déchantent ET ON OUBLIERAIT LA CHOCOLATINE ?

Hardi Copée (et non pas handicapé, ce n’est pas le même, quoique), sus au croissant, vive la brioche. Tunisie, non, Tous unis derrière cet homme qui nous propose enfin un Idéal, un Horizon, un But suprême :  le pain au chocolat pour chacun dès aujourd’hui, la brioche aux pralines demain, n’en doutons pas…

Fils spirituel de Marie-Antoinette la bien aimée,  François, donne-nous notre pain (au chocolat évidemment) de ce jour, mais délivre-nous du mal (le croissant, vous aviez compris) et de la tarte aux fraises.

ENFIN UNE SOLUTION POUR LA FIN DANS LE MONDE : LA (Copée)RATION.

 

Licence comme d’hab   Le pen au chocolat dans Notule licence-cc

 

Réflexion au coin d’un bar

Si les socialistes arrêtaient de s’engeuler pour de simples problèmes de préséance et d’ego ils gagneraient un temps énorme qu’ils pourraient investir avec profit dans la pensée (pour ceux et  celles d’entre eux qui disposent encore d’un équipement correct et adapté à cet usage naturellement). Ainsi, peut-être deviendraient-ils capables de réfléchir un peu à l’état du monde et de la société et — rêvons un peu — de proposer quelques débuts de solutions viables.

Alors pourquoi ne le font-ils pas ? se demande l’auditoire tiré de sa léthargie coutumière par un début d’agacement.

La réponse est simple : parce qu’ils sont socialistes.

 

Figaro ci….

Il y a quelque temps je passais devant un débitant de tabac et de journaux, bref un ami de l’humanité et de l’air pur et je vois, j’observe, je contemple, la Une du Figaro, la gazette du XVIème arrondissement. Qu’est-ce donc (m’interloqué-je in petto) ?

Ceci : « Au secours, les Enarques reviennent ! » … Je ne savais pas qu’ils étaient partis, en fait. Heureusement que le Figaro nous informe. Cependant je ne suis pas allé jusqu’à l’acheter, l’essentiel de l’information ayant été livré. A côté, il y avait Libération qui ne disait rien, comme d’habitude. Heureusement  qu’en France la liberté de la presse existe : si en plus il fallait lire ces torche-culs pour surveiller les journalistes ! Alors qu’ils (ou elles) sont tous maqué(e)s avec des politiques, en plus.

Plus tard (je fais partie des bienheureux qui ont encore un travail), je suis repassé devant la vitrine de cet aimable boutiquier  pour vérifier un petit point de détail (j’aime beaucoup cette expression que j’ai emprunté à un autre ami de l’humanité) qui me chagrinait : il s’agissait bien du mot « énarques » et non pas « arnaques » comme je l’avais imaginé un court instant.

On peut parfois confondre, il est vrai.

New-York et la normalité

On entend ici ou là quelques critiques sur notre nouveau président-Normal (vous remarquerez que je me suis adapté : j’ai laissé tombé la majuscule à « président » pour mieux la mettre à « Normal » ). Certains fouille-étrons seraient même allés jusqu’à  déverser dans les média la boue fangeuse de leur ressentiment venimeux. Ce clapotis de cloaques et de claque-merde mal obturés doit cesser maintenant ! Qu’en est-il ? Qu’est-ce donc ? Une petite dépense de 900 000 euros pour deux jours à New-York. Et alors ? Vous avez vu ce ça coûte un billet de train ? Et pour New-York, c’est pas direct, il y a des correspondances, comme dirait Baudelaire (ce n’est pas le nouveau PDG de la SNCF, calmez-vous un peu).  900 000 euros, pour deux jours à New-York, c’est une présidence tout à fait normale.

La présidence anormale ça commence à un million d’euros par jour (déjeuner non compris).  Contribuables, à vos chéquiers!

kostathefaine |
"A chacun son chat" |
ANTES QUE LAS PALABRAS SEAN... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amelie Lallement
| BAZAR D'histoires..
| le club lecture