Tout à l’ego

Aujourd’hui je relisais les Maximes de ce bon François de la Rochefoucauld (XVIIe). Dès la septième, j’avais l’impression que c’était un livre d’analyse politique contemporaine. Comme ce bon Benjy n’a certainement pas le temps avec tout le travail mal payé  qu’il fait par ailleurs, je lui fait une fiche (cette maxime suffira, elle contient l’essentiel) :

Ces grandes et éclatantes actions qui éblouissent les yeux sont représentées par les politiques comme les effets des grands desseins, au lieu que ce sont d’ordinaire les effets de l’humeur et des passions. Ainsi la guerre d’Auguste et d’Antoine, qu’on rapporte à l’ambition qu’ils avaient de se rendre maîtres du monde, n’était peut-être qu’un effet  de jalousie.

Cela résume à merveille l’amour de l’egologie aussi soudain qu’inattendu d’ailleurs de ce sacré Benjy qui devient  de plus en plus impayable (mais pas impayé, ça roule pour lui : réservez votre pognon pour les restos du coeur). Il a découvert que le gas-oil ça polluait vachement depuis qu’il est candidat auto-non-déclaré à la mairie de Paris.

Pourtant  François de la Rochefoucauld n’adhérait pas à LREM, si ? Comment il fait pour connaître si bien le Grive-Haut en question ? Tiens, j’en ai une autre encore (la deuxième maxime du livre) pour toi Benjy :

L’amour-propre est le plus grand de tous les flatteurs.

 

chatfier

Professeur hait

 

 

 

 

 


Autres articles

Un commentaire

Répondre

kostathefaine |
"A chacun son chat" |
ANTES QUE LAS PALABRAS SEAN... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amelie Lallement
| BAZAR D'histoires..
| le club lecture