Narcisse et Oedipe sont sur un bateau…

 

Notre Sainteté le geyser de Lumière Universelle serait-elle en train de montrer quelques signes de dérangement mental ? Sans m’obséder outre mesure (mon avis sur la question est clair depuis longtemps) cette question ressemble de plus en plus à LA question essentielle. Le Napoléon-Bonaparte de la banque Rothschild, propulsé finalement par un heureux (pour lui) hasard au sommet de l’État possède des caractéristiques de rigidité psychologique qui frôlent  le trouble mental.

Il semble avoir épousé sa maman, pourtant cela ne lui a pas apporté l’ataraxie prévue au programme. L’hybris le ronge, l’ulcère le guette. La prostate se faufile en embuscade (à mon avis). Jupiter-minus n’a jamais si bien porté le nom que je lui ai donné de si bon coeur. Politiquement, il finira comme bien d’autres dans les poubelles de l’histoire, entre deux emballages de produits high-tech déjà dépassés et un vieux carton de salades périmées. Lui qui a tant aimé nous en raconter, ce ne serait que justice. Quand il carburait à plein tube, des salades, il nous en vendait tellement qu’on se serait cru aux Halles. C’était plus l’Élysée mais Rungis.

Des salades au panier du même nom, de la carotte au bâton ; quelques manifestations plus tard l’ordre règne. Les manifestants manifestent là où on leur dit de manifester (il y a quand même  quelques «débordements») et les policiers matraquent quand on leur dit de matraquer. La Pax Macronia en quelque sorte. Tout ça pour ça ? Ben, oui, il faut croire… Et pourquoi ?

Peut-être tout simplement parce que Jupiter-minus comme ses brillants devanciers n’a pas les clés de la bagnole, ne les a jamais eues. Elles sont à Bruxelles c’est-à-dire à Francfort, ou à Berlin, en tout cas pas à Paris. Ce brillant inspecteur des phynances, comme disait Jarry, notre Ubu cocu moderne, a compris, mais un peu tard quand même que les «promesses n’engagent [pas] que ceux qui les entendent» ainsi que le professait sur un ton doctoral un célèbre vendeur de pastis ex-patron du SAC et grand homme politique français.  Les Français ont encore un peu de mémoire, notre Kennedy de Picardie avait sans doute parié sur un alzheimer précoce, mais pas de chance, le corps électoral bouge encore, et il se souvient de tout ce qu’on lui a dit avant l’élection.

Finalement, c’est bien ça le drame de tous ces énarques qui prétendent nous gouverner : ils n’ont plus le pouvoir monétaire, ils n’ont plus le pouvoir budgétaire (le déficit est fixé par Bruxelles Francfort), ils n’ont plus qu’un pouvoir législatif vestigiel. Il leur faudrait énormément d’imagination et d’idées nouvelles pour pouvoir nous sortir de cette voie de garage dans laquelle tout ce beau monde nous a joliment embourbé. Malheureusement, on peut demander à des inspecteurs des finances beaucoup de choses mais certainement pas de l’imagination. Leurs idées sortent de leurs feuilles Excel, exclusivement.

Et en plus ces salauds de pauvres qui votent se souviennent des conneries qu’on leur raconte quand on veut de faire élire ! Même les vieux, les retraités…  C’est à vous dégoûter de se présenter aux élections pestilencielles !

 


Un commentaire

  1. eructeuse dit :

    Fortement lu bu et apprécié !

    Dernière publication sur Victoryne Moqkeuz Eructeuse : La Ravachole Sébastien Faure

Répondre

kostathefaine |
"A chacun son chat" |
ANTES QUE LAS PALABRAS SEAN... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amelie Lallement
| BAZAR D'histoires..
| le club lecture