6 mai 2020 0 Commentaire

Littérature et technique

La littérature en tant que pratique de l’écriture  est une technique, car l’écriture est une technique, au sens de moyen artificiel d’accomplir un acte que l’homme ne peut réaliser par ses propres moyens. L’écriture fait basculer l’homme dans l’histoire parce qu’elle est une technique qui n’est plus une extension de son corps comme la roue, le levier ou la poulie mais une extension de son cerveau et plus précisément de sa mémoire. Grâce à l’écriture l’espèce humaine peut stocker ailleurs que dans son cerveau sa mémoire, quel qu’en soit le contenu.L’écriture permet donc la transmission fidèle de la mémoire, elle autorise donc le progrès historique, différence radicale avec l’animal.

En tant qu’art elle est aussi une technique (le mot grec Techné désignait en Grèce aussi bien l’art que la technique, plus exactement «l’action efficace» qui s’oppose à la «praxis» qui est l’action proprement dite) qui produit des artefacts. Tout art est une techné donc et le langage, matière première de la littérature est également une technique, ce qui conduit à dire que la littérature est finalement une double technique ou plutôt une pratique dont les deux niveaux (la matière et les outils) sont par essence technique, contrairement à la sculpture ou à la peinture par exemple dont les matière sont concrètes et/ou naturelles. Non pas que ces deux arts soient non techniques, mais dans leur cas la technique concerne le maniement des outils et les outils eux-mêmes, rarement le matériau (pour la peinture on peut effectivement soutenir le contraire sauf dans le cas de fresques, de peinture en «land art», etc). Pour la sculpture sur pierre ou sur bois, c’est beaucoup plus vrai. Mais on pourra aussi observer que le matériau de la littérature est technique et purement conceptuel.

La littérature permet ainsi de faire des «expériences de pensée» comme disent les philosophes, c’est même la fonction première de toute représentation littéraire et de tout récit. Tout cela permet de comprendre que la littérature ait été une pratique grâce à laquelle il était non seulement possible d’explorer le monde mais aussi, en quelque sorte, d’en établir un modèle ou plutôt une pluralité de modèles. Lire Ubu Roi c’est finalement expérimenter un monde virtuel (au sens premier du terme) qui n’est peut-être pas si éloigné de l’Amérique de Trump (toutes proportions gardées quoique…).

 

Laisser un commentaire

kostathefaine |
"A chacun son chat" |
ANTES QUE LAS PALABRAS SEAN... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Amelie Lallement
| BAZAR D'histoires..
| le club lecture