Al Zheimer, le retour.

veste

                                                                    Petites Annonces : URGENT.

Veste encore jeune, aimant les voyages et la culture,

mais actuellement au chômage et en fin de droit

cherche politicien pour pouvoir se retourner.

                                                                        Pas sérieux s’abst.  

 

 

 

 

 

Ça y est, le Donald Trump du Puy en Velay s’est «désolidarisé» du mouvement des gilets jaunes. Franchement, on avait à peine remarqué qu’il s’était solidarisé. Mais conforme à son habitude, il l’a fait avec élégance et franchise.

D’abord il a affirmé qu’il n’avait jamais mis un gilet jaune, non jamais de la vie. Le jaune ne lui va pas, il préfère la parka rouge. Après il a hurlé d’un air à la fois digne et outré que la photo qui le montrait ridiculement affublé de ce vêtement à la mode était un faux. Comme on ne sait plus parler français on dit un «fake». C’est du globish, ça fait plus chic. Tout ça pour un gilet, c’est assez risible pour un type qui passe son temps à retourner sa veste. Il a peut-être confondu avec la doublure ?

Et puis devant l’évidence, il a produit un nouveau mensonge. Comme ses copains c’est un parlementaire parle-menteur. Il ne «se souvient plus». Il pense qu’on va le croire, évidemment. En fait je ne sais pas s’il pense. Le nombre de crétins diplômés parmi les pseudo-élites qui prétendent nous gouverner est absolument ahurissant. Donc, il a déjà Alzheimer, ou il est né avec, on ne sait pas au juste.

On le savait déjà daltonien, son cas s’aggrave. Il ne s’est jamais rendu compte que sous la parka rouge, il mettait toujours une chemise brune ; bientôt il  ne se souviendra plus qu’il a un pantalon.

Un jour on va le retrouver avec son slip sur la tête…



Cerbère, l’acerbe Serbe

singetirelangue

Scandale, horreur et putréfaction ! Jupiter Ier, le Kennedy d’Amiens, naguère si fringant, a été quasiment obligé — oui obligé ! — de reporter sa visite en Serbie pour quelques excités qui arborent des gilets d’un goût douteux (alors que le Roosevelt de Picardie, lui est toujours tiré à quatre épingles, tout le monde l’aura remarqué). Cela dit la Serbie aujourd’hui, c’est pas vraiment tendance. Déjà, la Serbie hier…

Mais quand même, si un président, et pas n’importe lequel (Zeus quand même…) ne peut plus se baguenauder  tranquillement en Europe pendant que sa capitale est dévastée (Paris brûle-t-il ?) à qui se fier dans ce bas monde ? Il a bien des collaborateurs pour s’occuper de ces  broutilles, non ? Et Bagheera, elle s’est fait bronzer pour rien, alors ? Elle non plus, elle ne peut plus voyager au frais de la République ? Alors que la décoration de la salle des Fêtes de l’Élysée est en chantier pour cinq cent mille euros (mais tout est d’un goût exquis paraît-il)  où voulez-vous que notre panthère s’étire et s’ébatte ? Sous les combles ? Un peu de tenue, sapristi.

Son Altesse Sérénissime Jupiter-Minus fut donc contraint de révoquer ses laquais et de renvoyer la chaise à porteur qu’il avait mandée afin de rendre une visite courtoise et distinguée à son homologue serbe (mais non son égal, of course). Serait-ce adoncques les prémisses d’une serbitude intolérable ?  Tout cela parce que quelques manants n’ont rien d’autre à faire qu’une jacquerie. C’est quand même donner bien de l’importance à l’agitation de quelques gueux

Qu’on en finisse enfin : s’ils ne peuvent plus prendre leur voiture pour aller travailler qu’ils prennent l’avion ! 



Souvenirs, souvenirs…

matraque

(image parue dans : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/87172 )

 

Lu dans la presse à propos du procès en comparution immédiate des manifestants «violents»  des Champs-Élysées (je rappelle que les policiers eux sont toujours pacifiques, c’est même à ça qu’on les reconnaît) :

  il raconte qu’il voulait « ramener en souvenir » la matraque de police qui dépassait de son sac à dos

C’est vraiment chercher les bâtons pour se faire battre. Ou alors ce type avait la bosse du commerce ?

Son copain, lui, voulait ramener le fourgon, mais ça ne rentrait pas dans le sac à dos…



Grive-haut et profil bas.

chienidiot

 

(image provenant du site : https://www.chien-calme.com )

Notre fringant préposé à la voix de son maître, Benjy, lui-même personnellement a proféré cette puissante et pénétrante pensée :

« Cette France attend des réponses à ses colères, cela passe par une nouvelle méthode, mais pas par un changement de cap », a résumé le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, lundi.

Résumons : toujours autant de taxes et d’impôts pour les classes moyennes et populaires, mais Total, Vivendi, etc n’en paieront toujours pas euro, eux. Quant à leurs patrons ils seront également et toujours exonérés de l’ISF. Voilà pour le cap.

En revanche, deux gilets jaunes seront reçus à Matignon. Édouard Philippe a été solennel et presque poignant : «Gilets Jaunes : je vous comprends ! Dites-moi de quoi vous avez besoin et je vous dirai comment vous en passer !» Ça c’est pour la méthode.

Sacré Benjy, toujours le mot pour rire !



Panurge : le retour.

moutonrigole

À propos du scandale des lobbys industriels qui ont entubé la commission européenne et surtout leurs patients (décédés depuis, je crois) en leur vendant des dispositifs médicaux ou des implants pourris jusqu’à la moelle et fabriqués par des gorets, on a entendu :

Un pacemaker comme le Nanostim qui a été mis sur le marché en 2013 avait été testé sur 33 personnes et 58 moutons.

Oui, mais c’était probablement des Mouton-Rothschild. Ça change tout.  Ils nous feront devenir chèvre, vous verrez.

 



Du rififi dans les champs élyséens : mais que fait Hadès ?

chientriste1

Christophe Castagne-Hier, c’est son nouveau nom, a déclaré :

Les dégâts sont matériels. C’est l’essentiel.

Donc, ça va. En face, la bande d’excités qui a un tout petit  peu vandalisé la plus belle avenue du monde à Paris, capitale de la France, lumière des Nations, est renvoyée au 22, balle au centre. Un épiphénomène. Pourtant rarement le «Champ-de-Mars» a si bien porté son nom, même si on est en novembre. Mais ce bon Christophe reste im-per-tur-ba-ble.  Il a des consignes, Christophe. D’en-haut, de l’Olympe. Il faut rester im-pas-si-ble, remercier les policiers, répéter que everything is under control  en boucle tout en affirmant en même temps que des sanctions seront prises contre les «faux manifestants». Évidemment l’exercice est difficile tant le bordel environnant commence à faire des bulles un peu partout.

Le Roosevelt des Hauts de France est en panne de new deal. Il est revenu de Belgique, a digéré les moules et les frites et planifie son prochain voyage. Pratique : dès qu’il franchit une frontière, la situation interne du pays ne le concerne plus. Il souffre de manière récurrente d’une amnésie diplomatique. Pour l’instant la médecine semble impuissante. En face ça s’échauffe un peu on dirait. Le Phénix de Picardie a daigné donner ses ordres en dispensant la lumière de son savoir universel à ses subalternes (à ce stade ce ne sont même plus des «collaborateurs») : il faut laisser pourrir le mouvement, jouez la montre.

Il avait juste oublié que le pourri dégage quand même une drôle d’odeur. Et que les gilets jaunes sont en majorité composés de gens qui n’ont plus de montre : ils sont soit à la retraite, soit au chômage soit au RSA. Bref tous ceux que M. Macron méprise copieusement. Ils ont raté leur vie : à plus de cinquante ans ils n’ont toujours pas de Solex Rolex. Alors à quoi ça sert de jouer la montre avec des gens qui n’ont pas de montre ?

Et bien personne ne sait, au juste. Mais je devine quelle est la prochaine destination du Roi de l’Olympe après la Belgique. Vous aussi, je le gage. Mais, si, allons. C’est évident !

 

La Suisse, voyons. Au niveau horlogerie ils sont au top ! Et c’est pas loin de la Belgique en plus.  Pour gérer la situation «interne» sur laquelle donc il ne s’exprimera pas lors de sa découverte de cette belle confédération, il pourra compter sur Castagne-Hier qui semble avoir la situation bien en mains, comme on dit.

Je propose, à cette occasion, que son Altesse Manu Ier, empereur de l’Univers, puisse décerner de la Suisse un Prix Nobel à son laquais. On va quand même pas lui demander d’aller se les geler en Suède pour demander à une assemblée de grabataires qui ne parlent même pas français l’autorisation de donner un Nobel à son ministre de la police. C’est qui Jupiter ? Bon ! Le tout est de savoir quel prix Nobel mériterait notre bon sinistre de l’intérieur ?

Comme il a l’air surtout intéressé par les dégâts matériels et l’argent que ça va coûter, personnellement, je verrai bien Castagne-Hier en prix Nobel de la paie. La cérémonie se déroulerait en Suisse, évidemment. Ça aurait de la gueule.



Le respect se perd.

Lu dans la presse :

Macron demande  « le respect » à Trump après ses tweets.

Il aurait mieux fait de lui demander un emprunt. Il l’aurait eu.

Tiens ça me fait penser à ce que j’avais écrit ici :  http://karmatotal.unblog.fr/?p=779

 

 



Ryanair

Lu dans un site d’info : «Ryanair licencie six employés pour une photo où ils «passent la nuit par terre» dans l’aéroport».

Il a raison, le pdg, ils auraient quand même pu apporter un petit matelas gonflable, un peignoir et une paire de mules au lieu de saloper leur beaux uniformes. Le pressing, c’est pas gratuit. Le mieux c’était d’aller picoler dans un bistrot de nuit, en fait. Le boss les aurait pas virés pour si peu.

Moi, la question que je me pose c’est : s’ils avaient fait un film, au lieu d’une photo, il leur serait arrivé quoi, au juste ?



Les zéros sont fatigués

macronfatigue

 

Toute la presse s’en est fait écho. Nos médias régionaux, nationaux voire internationaux — ah bon, ils existent ? — ont phosphoré sur ce qui était potentiellement la préoccupation la plus importante du moment, de tous les temps. Alors quoi ? Assez joué au cékoidon ! Vas-y lâche ta camelote diront les lectrices pressées et leurs hommes vautrés sur le canapé. Pas que ça à faire, quoi, c’est vrai…

Quelle est cette nouvelle absolument incroyable qui a occupé pendant des jours entiers toutes les rédactions de France et de Navarre (au-delà on s’en fout un peu comme le rappelait Blaise Pascal) ? Le pape est encore mort ? Que nenni, foin de futilités. Les USA ont déclaré la guerre à la Russie ? Broutilles !  Un astéroïde va percuter la terre plein fer dans 19mn, même pas le temps  de finir la vaisselle ? Vous plaisantez, avec de telles vétilles on finira par se désintéresser totalement de l’information.

Alors …  Alors ?  Un nouveau Big Bang se prépare ? Mais à l’envers ce coup-ci : on va tous finir compressés comme des sandwiches SNCF et puis plus rien, du noir partout ? Bricole, brimborion,  veuillez ne pas troubler mon repos avec de telles bagatelles…

Bon, d’accord, je lâche : il paraît que M. Macron, empereur de la France et directeur financier de tout l’Univers connu, Jupiter himself, vous l’avez reconnu, et bien, tenez-vous bien (je ne sais pas à qui, débrouillez-vous), les milieux autorisés s’autorisent à penser que, peut-être — faut voir — il serait (on n’en pas sûr non plus) fatigué.

Ouaip ! Jupiter a un coup de mou. Aphrodite est allée lui chercher de la vitamine C effervescente. Il aurait même fait une petite sieste, dimanche 14 octobre vers  22h43.  Quelques dizaines de secondes, pas plus,  mais pour LUI, c’est déjà énorme, nous le savons.

Manifestement nos médias sont rassurés (nous aussi, par conséquent) , tout est rentré dans l’ordre : Manu pète la forme, Brigitte est au top ! Il plane toutefois un doute résiduel, une sorte d’angoisse flottante dans certaines rédactions que je ne peux nommer ici, mais elles se reconnaîtront. Je voudrais dissiper toute inquiétude car je sens bien que l’atmosphère est encore lourde. Certains animateurs TV, journalistes, en tremblent encore.

Donc, faites circuler l’information, svp, si vous vous êtes égaré.e.s ici — je me mets à l’inclusif ! — dans un moment d’hébétude. N’hésitez pas à Twitter, Facebooker, Turlutututer, bref COMMUNIQUEZ ! C’est important il faut que tout le monde le sache, pour que la sphère médiatique redevienne sereine et puisse de nouveau faire son travail de cette manière admirable à laquelle tous ces gens nous ont habitué depuis si longtemps.

Moi, je vais bien. Voilà.

Et pourtant, je suis en train de rajouter une rubrique à ce blog. Ah oui, c’est de ça dont je voulais parler, je me souviens maintenant. Je vais mettre à la disposition de l’univers infini et de ses environs proches des reproductions de mes monotypes, linogravures, et manières noires. Beaucoup de graveurs font de la taille douce, Karmatotal fait de la gravure en douce. J’adore parler de moi à la troisième personne, je ne sais pas pourquoi, je me sens important, presque l’égal de Macron. Bientôt, vous aurez le plaisir et l’avantage de contempler des scans de gravures réalisées par votre serviteur. Faut pas pousser non plus, les tirages, je les vends (pas cher).

Je le dis en avant-première parce que je sais que les médias seront trop estomaqués par cette nouvelle incroyable  pour en faire un vrai sujet aux infos. Il y aura peut-être quelques Une du Times ou du Washington Post, voire du Courrier Lorrain, ou du Chasseur Français avec un peu de chance, mais je préfère assurer le coup.

Et avec tout ça, même pas fatigué, pas un pet de jeu ! Ah ! on n’est pas tous faits pareil, c’est clair.

 

PS : Honnêtement, mon intuition masculine m’avait déjà fait prévoir du mou dans la corde à nœud pour le Kennedy d’Amiens. La preuve, j’en parlais déjà à ce moment-là :   http://karmatotal.unblog.fr/?p=619



Rien c’est déjà beaucoup

«Je ne lâche rien», lance Emmanuel Macron en week-end à Honfleur

macronbrigitte

C’était la Une de 20minutes.fr

Manu ne «lâche rien», c’est lui qui le dit, hein, n’allez pas croire que j’échafaude. J’affuble pas, j’évoque… Mais ça me gêne, qu’il dise ça à ce moment-là. Vous avez bien vu, comme moi ?

Il dit ça en tenant la main de Brigitte. Il a peur qu’elle tombe ? Et on voit bien qu’il fait tout ce qu’il peut pour la retenir, mâchoires crispés, sourcils froncés, nuque raide? Ça rigole pas, on dirait Brejnev quand le politburo le sortait du congélo pour la parade de l’armée rouge.

En plus il est habillé comme Hollande sur son scooter mais sans le casque. Que fait la police Benalla ?

serveimage




Archives pour la catégorie News

Mixion impossible

Après quelques mois d’abstinence, me revoici, me revoilà. Je travaille toujours sur un roman, dont je vous offrirai, en temps utiles, quelques «bonnes feuilles» comme on dit.

En attendant, je pourrais commenter l’actualité, comme d’habitude. Hélas, trois fois hélas, le vice-chancelier du saint empire germanique que quelques égarés (dont moi, il faut que je me confesse, bien qu’au second tour seulement) ont promu de la banque à l’entreprise France ne m’enthousiasme guère.

Pour le dire tout net, ce golden Toy au verbe haut et aux fonds bas, passé trop vite de la gestion des capitaux privés à la celle de la dette publique me rend un tantinet morose. Disons le franchement : il ne m’amuse plus. Bon, il m’a fait marrer au début, il est très photogénique. Par exemple la célèbre photo où il essaie de suivre papa Trump dans les toilettes :

US-FRANCE-POLITICS-DIPLOMACY

Et bien cette jolie photo, m’a beaucoup fait penser à un film que j’avais terriblement aimé dans les années 80 (et oui, on ne rajeunit pas) Midnight Express. Pour ceux qui ont vu le film, c’est à la fin, quand le prisonnier tue Hamadou qui veut, disons, enfin bref, qui le tire par la main pour l’emmener dans les toilettes aussi.

 

midexpr2

midexpr1

 

Tous ces gens finiraient par nous faire prendre des vessies pour Green Lantern

Tiens ça me fait penser à ce que j’avais écrit  : http://karmatotal.unblog.fr/?p=136

et aussi ici : http://karmatotal.unblog.fr/?p=593

 

Laurent sobre… elle rend con aussi.

Laurent Wauquiez a récemment déclaré : «En parlant de guignols, j’ai été sobre». Il faisait allusion à une récente concentration  de vieux débris tout délabrés en rangs clairsemés, bref à un congrès de cette chose molle et flasque qu’on appelle encore les «Républicains» par habitude, ou par pitié. En fait la déclaration semble erronée ; il fallait lire en effet «En parlant aux guignols, j’ai été sobre».

Ainsi la déclaration de celui que ses rares amis surnomment affectueusement «Iago» prend tout son sens :

1) Il savait à qui il parlait, donc où il était.

2) Par conséquent, pour une fois, il dit la vérité : il était sobre.

3) On peut donc en déduire que la plupart du temps, vu les conneries qu’il débite en chapelet, il est rond comme une queue de pelle.

Ça nous rassure un peu sur sa santé mentale.

Traite : de mal en pis.

Dominique Barrau (décidément le nom est bien choisi, il devrait être derrière), secrétaire général de la FNSEA, donc forcément un type honnête, a déclaré à propos de la filière du lait : «On peut être producteur de lait dans un département où n’existe qu’un seul opérateur. Deux choix sont alors possibles : continuer à livrer ou arrêter de traire». Nous sommes ici dans le mirage de la modernité, qui est également le miracle de «l’agriculture intégrée» que ce syndicat de bienfaiteurs de l’humanité a contribué à mettre en place de façon quasi irréversible grâce à la complicité active et enthousiaste de ses principaux dirigeants avec le lobby industriel et politique de la malbouffe. Dans les années soixante-dix et quatre-vingt, aucun producteur adhérent de ce syndicat ultra-majoritaire dans le monde agricole (faut-il le rappeler ?) ne cachait son enthousiasme délirant et quasi mystique au sujet de cette intégration du producteur et de l’industrie. Cela permettrait de transformer au plus vite le traditionnel «paysan» — frappé de ringardise et bientôt d’obsolescence, même le nom devenait grotesque — en «exploitant agricole». Ça a quand même une autre gueule ! Un quasi business man de l’espace vert, enfin verdâtre en ce moment. Un start-upper de la plante malade et du bovin affligé. Le cul sur son tracteur et la tête dans les chiffres. L’entrepreneur, quoi.
Paysan, non mais je vous demande un peu ! Portant la blouse, sentant la bouse, I was born to loose, on aurait pu en faire une chanson, tiens ?           Cette association de malfaiteurs, pardon, ce syndicat du monde rural, qui (vi)votait légèrement à gauche du FN défendait mordicus, avec le verbe haut et le front bas qui caractérisent ses instances régionales et nationales, cette agriculture intégrée. Mais il est mort dicus.  À l’image de  cette agriculture new-look, elle-même moribonde, qui devait métamorphoser le pue-la-sueur pataugeant dans son tas de fumier en agriculteur propre sur lui et soigneusement manucuré, comme un splendide papillon polychrome émergeant de sa chenille dégueulasse. Malheureusement, il y a eu des incidents de parcours et c’est un peu le contraire qui s’est passé. Cela dit, il faut être juste, il y a eu des progrès : aujourd’hui une vache est un centre de profit à elle toute seule, on la gère sous Excel et l’équarisseur a changé de nom, on l’appelle un «cost  killer». C’est juste que le lait qui en sort est tellement pourri que désormais les parents disent à leur bébé qui pleure :

«Bêle et trais-toi»

La vieillesse est un naufrage

Alain Delon a déclaré : «La vie ne m’apporte plus grand chose». Juste retour des choses, cela a longtemps été l’inverse.

Et oui, cet ancien mannequin reconverti dans le film à suspense voyait jadis «la vie en rose» et maintenant il la trouve morose. Il ne savait pas qu’une belle gueule ça dure maximum vingt ans et qu’ensuite on peut encore vivre sur ses débris que l’on appelle une «réputation» pendant dix ans au plus. Ensuite, comme disait de Gaulle, c’est «le naufrage». Sans culture, sans grande intelligence non plus, à part celle qui permet de briller dans les fêtes de la jet-set mais doté d’un physique avantageux on peut quand même faire carrière, la preuve. Évidemment, elle dure moins longtemps, mais elle est plus rapide. Pour Michel Serraut — un artiste remarquable — ce fut le contraire. Mais il est difficile de comparer un aigle à un poulet, d’ailleurs si Delon en a interprété autant ce n’est sans doute pas pour rien.

Ce pauvre Alain croit devenir aveugle depuis qu’il ne lit plus rien sur lui dans les journaux. Il faut le rassurer sur ce point (soyons charitables), il y voit toujours aussi bien. C’est juste que les journaux s’en foutent d’un ex-playboy décati et macérant dans son aigreur.

Pour une fois je les comprends.

Erreur judicieuse

           En 2009, Lactalis imposait une baisse de prix de 30% aux producteurs de lait. Il fallait qu’ils reviennent aux prix de 1979. On a alors accusé Lactalis d’être des voleurs. Nous savons que c’est faux, ce sont aussi des criminels, on l’oublie souvent. D’ailleurs le PDG a déclaré la main sur le portefeuille — l’endroit où il aurait pu avoir un coeur, en fait — que son entreprise, florissante, a toujours su où était son devoir, c’est-à-dire, son bilan comptable. La baisse de 30% ce n’est pas non plus la catastrophe pour les éleveurs, il suffi de réduire sa vie de 30%. Ça fait à peu près 8h de vie en moins par jour, il suffit de prendre sur le temps de sommeil, il est improductif.

          Ces éleveurs ne sont pas modernes. Et 30% de prix en moins, ce n’est pas pour s’en mettre 30% de plus dans les poches ! Absolument pas !

C’était pour financer les 30% de salmonelles en plus.

12345

kostathefaine |
"A chacun son chat" |
ANTES QUE LAS PALABRAS SEAN... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amelie Lallement
| BAZAR D'histoires..
| le club lecture