Archive | poésie Flux RSS de cette section

10 juillet 2020 0 Commentaire

Du lyrisme.

« Parvenir à ne rien écrire  où ne vibre l’inexprimé qui nous défie et nous appelle. Tendre vers une prose claire affirmant notre présence en ce monde, notre souci d’y mieux vivre et de le dire avec exactitude. Ne plus se bercer de mélancolie stériles. Que la nostalgie fructifie. Que soient mises à l’épreuve nos […]

23 mai 2020 0 Commentaire

Transhumanisme

Acrylique sur papier marbré Je vois l’homme augmenté, coté au silicium La Silicon Valley exporte son delirium Je vois l’homme augmenté, processeur double cœur Avec puce dédiée au calcul du bonheur. Bientôt nous franchirons la dernière limite Au-delà de l’enfer, c’est Big Brother qui nous invite. Je me fais un reset, pour que plus rien […]

4 mai 2020 0 Commentaire

On s’y remet

On s’y remet Frapper, cogner, taper, Ça fait du bruit, il y a des cris Et puis, et puis, Un peu moins. Alors on s’y remet, On assomme, on étripe, on écartèle aussi, Enfin un peu, C’est fatigant. On entend des bruits nouveaux Les choses hurlent Elles ne veulent pas mourir Les objets ont leur […]

2 mai 2020 0 Commentaire

Espaces spécialisés

On infeste des espaces désaffectés Trouées de lumière et noir de nos corridors Le virus de l’ennui nous a tous infectés Nous ne savons même plus si nous sommes morts. Pourchassés par les selfie-miroirs de nos chairs Nous traversons nos vies dans des écrans blindés Nous ne savons plus aimer ceux qui nous sont chers […]

23 avril 2020 0 Commentaire

Un souffle

Le vent qui souffle Au-dessus des vergers fleuris Et des collines perdues Comme une longue traîne Hale dans son sillage frais Les échos des serments Qu’échangent en tremblant d’amour Tous les amants du monde Mais à franchir sans cesse les lignes des méridiens, Pour apporter aux lacs, aux montagnes et aux plaines, Des nouvelles de […]

16 avril 2020 0 Commentaire

La ville

La ville, Aux verticalités déraisonnables Cette ville Qui tisse les géométries de nos folies La ville Lugubre et immense dont on ne sort Qu’au prix de son enfance. Elle nous étouffe, elle nous libère Elle nous libouffe et nous habite Comme un parasite qu’on héberge Une vie qui palpita Dans nos intimités les mieux enfouies. […]

kostathefaine |
"A chacun son chat" |
ANTES QUE LAS PALABRAS SEAN... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amelie Lallement
| BAZAR D'histoires..
| le club lecture