Sémiotique

J’ouvre ici une nouvelle page consacrée à la discipline dont je m’occupe plus particulièrement, la sémiotique. Pour la définir en quelques lignes, ce qui est un exercice toujours périlleux et rarement satisfaisant, il suffit de dire qu’il s’agit de la discipline qui s’occupe des signes. Reste à définir ce qu’est un signe ce qui est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. On le définit en général par la formule latine « aliquid stat pro aliquo », ce qui veut dire en bon français : une chose qui en vaut (ou remplace) une autre. Un signe est donc une chose (concrète ou abstraite) qui remplace une autre chose et en quelque sorte « pointe » vers l’objet qu’elle remplace.  Les mots que nous utilisons tous les jours, ceux que j’écris ici, sont des signes, ils remplacent les entités dont je parle, qui peuvent elles aussi être d’autres signes, ce qui est très souvent le cas, formant ainsi une chaîne sémiotique qui aboutit vers un non signe ou pas.

L’homme étant un être de signes, le seul animal qui ait inventé un langage complexe, langage dont les signes renvoient à d’autres signes, justement, la sémiotique constitue in fine une des activités principales de l’humanité. La tentation serait grande, ainsi, de faire de la sémiotique une sorte de « super discipline », une science englobant toute la science. Il n’en est rien bien entendu, la sémiotique se contentera — c’est déjà une tâche immense — de comprendre de quelle façon se forment les signes, quelle est l’économie de ces signes dans un code donné, de quelle manière ils sont interprétés et d’autres questions subsidiaires mais non moins importantes.

 

Deux grandes traditions concurrentes existent en sémiotique, élaborées presque au même moment d’un côté et de l’autre de l’Atlantique, celle de Saussure et celle de Charles Sanders Pierce, dont un des représentant les plus éminents fut Umberto eco.

 



Autres articles

Répondre

kostathefaine |
"A chacun son chat" |
ANTES QUE LAS PALABRAS SEAN... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amelie Lallement
| BAZAR D'histoires..
| le club lecture